Une bonne soirée au coin du feu à Gardetta hier soir avec un repas très copieux : on n'a pas pu finir la Polenta. Ce matin la température est plus douce qu' hier mais le soleil est un peu plus voilé. Il y a cependant un bel éclairage sur la Meja (photo) et sur les sommets au dessus du col de Gardetta (photo). Hier soir j'ai recollé la semelle de ma chaussure gauche qui depuis quelques jours se dégrade, j'y ai rajouté une protection avec du strap qui a bien tenu le coup au col de Roccia Biancha (photo). J'espère que cette réparation leur permettra de tenir jusqu'au bout, nous verrons bien mais j'ai quand même demandé à Joëlle de m'apporter des chaussures de rechange aux Merveilles au cas où : à suivre. Après le col de la Roccia Biancha (2500 m) notre chemin descend jusqu'à la route du col de Larche mais avant d'en arriver là, n'oublions pas notre rubrique "l'ami des bêtes ". En effet Francis en tête dans la descente a fait brutalement un saut de cabri dû à une frayeur soudaine : il a en effet été surpris par une vipère "inoffensive" qui se dorait la pilule sur le sentier, je n'ai pas eu le temps de faire la photo de cette rencontre. Plus loin ce sont des fleurs que nous trouvons au bord du sentier sans toutefois pouvoir les identifier (photo). Après avoir retrouvé la route du col de Larche nous la suivons jusqu'au village de Ponte San Bernardo (photo de la Posto Tapa de la GTA) et admirons au passage les belles couleurs de l'automne sur les flancs de la montagne (photo). Puis nous arrivons à Pietraportzio (photo) où nous avons rendez-vous avec Anne-Marie qui nous attend sur la place de l'église où il fait très beau (photo). C'est l'endroit idéal pour casser la croûte sur la table de la place qui paraît être là juste pour nous (photo), et prendre un café au bar orné d'une belle sculpture en bois (photo). Il est 13h00, c'est alors le moment de repartir pour l'ascension du 2em col de la journée : le Passo de Rostagno (2536 m) soit 1300 m de dénivelé. La montée est très régulière sur une bonne piste qui a été réalisée par les militaires lors de la 1ère guerre mondiale. Le ciel s'assombrit très fortement cependant et nous craignons de prendre un orage avant d'arriver au col, à mi-pente un coup de tonnerre confirme nos craintes puis le danger semble s'éloigner. A 2140 m d'altitude le chemin passe devant le beau rifugio Zanotti, fermé actuellement (photo), l'ascension se poursuit dans les éboulis puis c'est l'arrivée au col où la menace d'orage est toujours très présente à l'horizon (photo). Nous franchissons le col tour à tour, Francis d'abord (photo), puis Marco et Gérard (photo). La descente est engagée immédiatement compte tenu de la menace qui plane au dessus de notre tête, nous n'avons que 500m à descendre et nous commençons une course avec la pluie qui s'annonce. Finalement elle va gagner puisqu'elle nous tombera dessus 15 mn avant d'arriver au refuge Migliorero, c'est un moindre mal. Nous nous précipitons dans le refuge d'hiver, un peu exiguë et lieu de notre bivouac, c'est alors que le gardien nous interpelle en nous disant que le refuge principal est ouvert. Quelle bonne surprise de trouver un endroit chauffé pour l'étape de ce soir.
Voilà pour cette 76 ém étape qui nous rapproche un peu plus de notre objectif.
Données techniques : longueur : 26,4 km, D : 1615 m, D - : 1860 m, temps réalisé : 7h39 mn/OR : VA207-4-13