Nous vous avions quitté avec la pluie eh bien elle a duré et s'est amplifiée pendant toute la nuit au point de former des flaques d'eau y compris sous notre tente. Marco en a été la principale victime et a dû se réfugier contre Gérard pour ne pas baigner dans l'eau, la nuit n'a donc pas été très bonne. Ce matin Gérard a la surprise de trouver son sac mouillé, notamment ses gants. Heureusement j'en ai une 2em paire que je peux lui passer. Nous petit-déjeunons dans l'abside car il fait froid et il y a du vent, puis c'est le départ vers le Pas des Ladres (2448 m) que nous atteignons vite mais dans le brouillard (photo). La marche nous fait du bien et réchauffe nos corps un peu meurtris par cette nuit difficile. Dans la descente les nuages se déchirent et laissent apparaître les sommets frontaliers couverts d'une couche de neige fraîche (photos), notamment le pic de Gélas (3197 m) puis c'est le lever de soleil, un moment magique (photo). A 9h30 nous sommes au refuge de la Madone de Fenestre mais pas moyen de prendre un café car le refuge n'ouvre qu'à midi..... Nous continuons donc notre route vers le second col de la journée : le Pas du Mont Colomb (2548 m), c'est un univers de gros blocs où il faut être très concentré pour garder son équilibre (photo), l'avancement s'en ressent. Le sommet est très escarpé et tout le monde passe à tour de rôle (photo de Francis puis de Marco et Gérard). La redescente vers le refuge de Nice est du même tonneau voir pire, du caillou rien que du caillou. Nous arrivons vers 13h00 au refuge planté au bord du lac (photo), y faisons une halte réparatrice et dévorons une omelette au fromage et aux lardons qui nous fait le plus grand bien. Le menu de l'après-midi est similaire à celui du matin : 2 cols et des gros blocs. Nous redécollons en même temps que l'hélicoptère qui a approvisionné en bois le refuge  (photo). Le premier col de l'après-midi : la Baisse de Basto est très haut (2693 m), nous craignons la neige mais finalement il n'y a quasiment rien mais la brume, elle, est de retour (photos). Dans la descente nous croisons un troupeau de chamois peu farouches (photo et vidéo) juste avant de découvrir le grand lac du Basto (photo). Nous sommes rapidement au pied du dernier col : la Baisse du Valmasque (2549 m), dont l'ascension est très courte (150 m de dénivelé) et très roulante. Il est 17h00, nous avons franchi 4 cols et entrons dans la vallée des Merveilles (photo) dans un état de lassitude certain. Heureusement la descente vers le refuge des Merveilles est plus facile, nous y arrivons à 18h15mn non sans avoir admiré les gravures rupestres trouvées sur notre chemin (photo du "Christ"). Joelle, Jany et Anne-Marie sont là pour nous accueillir et c'est une grande joie pour nous de les retrouver et de finir notre traversée avec elles.
Voilà pour cette grosse étape ( la dernière) sur le papier et sur le terrain.
PS : Désolé de publier ces deux derniers jours avec retard mais comme vous l'avez constaté, nous avons traversé une zone préhistorique et l'homme de la préhistoire a inventé beaucoup de choses mais pas la 4 G...
Données techniques : longueur : 22 km, D : 1705 em, D - : 1745 m, temps réalisé : 8h22 mn/OR : VA2017-4-16

IMG_2377

IMG_2378

IMG_2379

IMG_2382

IMG_2385

IMG_2387

IMG_2389

IMG_2393

IMG_2394

IMG_2395

IMG_2396

IMG_2402

IMG_2406

IMG_2407

IMG_2408

 

                                                            Les chamois dans le pré