Contrairement aux autres refuges où nous avons séjourné en septembre, le refuge des Merveilles est plein. Nous y passons une bonne soirée avec nos 3 nouvelles accompagnatrices, autour d'un bon repas de montagnard, à nous raconter nos aventures. Cependant l'électricité manque et nous ne pouvons pas recharger les batteries du GPS, heureusement il y en a encore un jeu qui est chargé. Le dortoir est plein, nous n'avions plus l'habitude, mais tout le monde est discret et la nuit est sereine. Aujourd'hui nous sommes dans une nouvelle configuration avec Joëlle, Jany et Anne-Marie qui sont "impatientes" de marcher avec nous (photo). Il n'y a pas un nuage dans le ciel quand nous quittons le refuge (photo) et le Mont Bego (2873 m) se mire dans le lac Long Supérieur (photo). Nous cheminons dans un paysage d'alpage vallonné très différent de celui d'hier, c'est probablement la fin de la haute montagne. Quelques lacs comme le lac Fourca (photo) égayent ce paysage. Notre premier objectif est le Pas du Diable (2340 m) que nous atteignons vers 10h00 pour y faire une pause "barres" et deviser sur la dure condition de randonneuse (photo). Puis nous continuons dans ce paysage un peu monotone et passons le col de Raus puis la Baisse de Saint Véran (1836 m) sans toutefois faire beaucoup de dénivelé. Nous faisons la pause casse-croûte au col et faisons sécher nos tentes. Le pique-nique du refuge est complété avantageusement par les réserves d'Anne-Marie (pâté) et Jany (fromage) et luxe de fin de randonnée, nous nous faisons un café avec les restes de Nescafé, de sucre et de gaz. Nous avons fait la moitié de l'étape, il est 13h00, il nous faut repartir pour la deuxième ascension : la pointe des trois communes (2080 m) et sa redoute, position stratégique entre la Savoie et la France à l'époque du duché de Savoie. Sur l'Authion nous guettons l'arrivée de Jean-Louis, notre très fidèle commentateur du blog, mais finalement il a reporté notre rencontre à demain à Sospel. Ensuite nous engageons la descente par les crêtes par un bon chemin et atteignons le Camp d'Argent et son gîte d'étape où nous nous étions arrêtés lors de notre randonnée de 2011 (photo). Le Col de Turini est maintenant tout proche et nous choisissons d'y aller par la route pour éviter les petites remontées du sentier. A 16h00 nous y sommes et prenons notre bière de fin d'étape à l'hôtel des Chamois (photo) où nous avons réservé. A l'horizon on devine la mer sans toutefois la voir car le temps s'est assombri en cours de journée.
Voilà pour cette étape sans grand relief mais où nous avons eu le plaisir de marcher en compagnie de nos 3 merveilleuses accompagnatrices (accompagnatrices des Merveilles).
Données techniques : longueur : 15,3 km, D : 605 m, D - : 1120 m, temps réalisé : 4h45 mn/OR: VA2017-4-17 

IMG_2411

IMG_2414

IMG_2415

IMG_2417

IMG_2418

IMG_2419

IMG_2420